Le centre spatial guyanais et son musée de l’espace

Le site de Kourou a été choisi comme zone de lancement par la France en 1964 pour plusieurs raisons. Son ouverture sur l’Atlantique, sa proximité avec l’équateur, et le fait qu’à l’époque il y ait peu d’habitants, en faisaient un site idéal. De plus, Kourou est une zone peu sismique et faisant partie du territoire français. En 1968, le centre inaugure son premier lancement avec la fusée-sonde Véronique. Puis en 1973, l’ Agence spatiale européenne est créée, et elle partage la zone de lancement de Kourou avec la France. L’ Agence spatiale européenne financera la modernisation du centre spatial guyanais et mettra au point les lancements des fusées Ariane, dès 1979. Plus tard, en 2011, aura lieu le premier vol de Soyouz, depuis la zone de lancement de Kourou (après des travaux gigantesques financés en partie par l’ Agence spatiale européenne ). Enfin, en 2012, a lieu le premier vol Vega (en complément d’Ariane).

Il est possible de visiter le centre spatial guyanais ainsi que le musée de lespace. Des visites des infrastructures sont organisées en bus (il faut compter 3 heures pour la visite), et il est même possible d’assister à un lancement fusée (en fonction du calendrier bien sûr). Les amoureux d’espace, de fusées et de technologie en prendront alors plein les yeux. Chose bonne à savoir, il y a environ un lancement fusée par mois, donc possible d’organiser son voyage ou sa visite à l’avance afin de voir un lancement fusée. La visite du musée de lespace est payante (7 euros pour un adulte et 4 euros pour un enfant) mais la visite du centre est gratuite.

La construction du centre spatial guyanais a permis l’essor de la ville de Kourou, qui s’est considérablement développée et agrandie. Elle abrite un des 3 hôpitaux du département, ainsi qu’un port industriel. La légion étrangère y est également présente. Face à l’augmentation démographique, la ville s’adapte et est en perpétuel développement. De nouveaux logements, édifices, écoles voient le jour, des quartiers sont rénovés. Le centre spatial guyanais ne participe pas seulement à l’essor de Kourou, mais à celui de la Guyane entière. On estime que l’activité spatiale génère actuellement environ 4600 emplois dans le département.

La ville de Kourou dispose également d’infrastructures culturelles telles qu’une médiathèque, une bibliothèque, une salle d’exposition d’arts, une salle de cinéma et une salle informatique. D’autres structures permettent aux enfants comme aux adultes de prendre différents cours. La vie associative est également présente dans la ville.

De nombreuses infrastructures sportives existent à Kourou. Plusieurs clubs de football font honneur à la ville, avec évidemment un stade. La ville dispose aussi d’une piscine, de courts de tennis, d’un boulodrome, d’un club hippique. Plusieurs activités nautiques possèdent des infrastructures et de nombreux sports possèdent leur club (escrime, volley-ball, hand-ball, athlétisme, etc).

Deux grandes fêtes culturelles ont lieu chaque année à Kourou. Le carnaval, ou le Vaval (en langue créole) où l’on peut assister à des défilés. Le jour du Vaval, une grande parade a lieu dans toute la ville et l’on vient de la Guyane entière pour y assister. Autre fête, le 25 novembre, où l’on fête Sainte Catherine Labouré qui était une sœur ayant vécu au XIXe siècle et qui est aujourd’hui la patronne de la ville. Chaque année a également lieu le marché de Noël sur la place du Parvis.

La Guyane et particulièrement Kourou sont assurément dépaysantes. Bien que méconnue, c’est une destination qui vaut le détour et en enchantera plus d’un. La diversité et le métissage de sa population, sa richesse culturelle et historique en plus de sa biodiversité exceptionnelle grâce à sa proximité avec le « poumon » de la planète Terre, la forêt amazonienne, en font une destination à part, loin du tourisme standard. Les amoureux de science tomberont également sous le charme avec la visite du centre spatial guyanais et son musée de lespace. Ville en plein essor, Kourou n’a pas fini de surprendre.