Le centre spatial guyanais et son musée de l’espace

Le site de Kourou a été choisi comme zone de lancement par la France en 1964 pour plusieurs raisons. Son ouverture sur l’Atlantique, sa proximité avec l’équateur, et le fait qu’à l’époque il y ait peu d’habitants, en faisaient un site idéal. De plus, Kourou est une zone peu sismique et faisant partie du territoire français. En 1968, le centre inaugure son premier lancement avec la fusée-sonde Véronique. Puis en 1973, l’ Agence spatiale européenne est créée, et elle partage la zone de lancement de Kourou avec la France. L’ Agence spatiale européenne financera la modernisation du centre spatial guyanais et mettra au point les lancements des fusées Ariane, dès 1979. Plus tard, en 2011, aura lieu le premier vol de Soyouz, depuis la zone de lancement de Kourou (après des travaux gigantesques financés en partie par l’ Agence spatiale européenne ). Enfin, en 2012, a lieu le premier vol Vega (en complément d’Ariane).

Il est possible de visiter le centre spatial guyanais ainsi que le musée de lespace. Des visites des infrastructures sont organisées en bus (il faut compter 3 heures pour la visite), et il est même possible d’assister à un lancement fusée (en fonction du calendrier bien sûr). Les amoureux d’espace, de fusées et de technologie en prendront alors plein les yeux. Chose bonne à savoir, il y a environ un lancement fusée par mois, donc possible d’organiser son voyage ou sa visite à l’avance afin de voir un lancement fusée. La visite du musée de lespace est payante (7 euros pour un adulte et 4 euros pour un enfant) mais la visite du centre est gratuite.

La construction du centre spatial guyanais a permis l’essor de la ville de Kourou, qui s’est considérablement développée et agrandie. Elle abrite un des 3 hôpitaux du département, ainsi qu’un port industriel. La légion étrangère y est également présente. Face à l’augmentation démographique, la ville s’adapte et est en perpétuel développement. De nouveaux logements, édifices, écoles voient le jour, des quartiers sont rénovés. Le centre spatial guyanais ne participe pas seulement à l’essor de Kourou, mais à celui de la Guyane entière. On estime que l’activité spatiale génère actuellement environ 4600 emplois dans le département.

La ville de Kourou dispose également d’infrastructures culturelles telles qu’une médiathèque, une bibliothèque, une salle d’exposition d’arts, une salle de cinéma et une salle informatique. D’autres structures permettent aux enfants comme aux adultes de prendre différents cours. La vie associative est également présente dans la ville.

De nombreuses infrastructures sportives existent à Kourou. Plusieurs clubs de football font honneur à la ville, avec évidemment un stade. La ville dispose aussi d’une piscine, de courts de tennis, d’un boulodrome, d’un club hippique. Plusieurs activités nautiques possèdent des infrastructures et de nombreux sports possèdent leur club (escrime, volley-ball, hand-ball, athlétisme, etc).

Deux grandes fêtes culturelles ont lieu chaque année à Kourou. Le carnaval, ou le Vaval (en langue créole) où l’on peut assister à des défilés. Le jour du Vaval, une grande parade a lieu dans toute la ville et l’on vient de la Guyane entière pour y assister. Autre fête, le 25 novembre, où l’on fête Sainte Catherine Labouré qui était une sœur ayant vécu au XIXe siècle et qui est aujourd’hui la patronne de la ville. Chaque année a également lieu le marché de Noël sur la place du Parvis.

La Guyane et particulièrement Kourou sont assurément dépaysantes. Bien que méconnue, c’est une destination qui vaut le détour et en enchantera plus d’un. La diversité et le métissage de sa population, sa richesse culturelle et historique en plus de sa biodiversité exceptionnelle grâce à sa proximité avec le « poumon » de la planète Terre, la forêt amazonienne, en font une destination à part, loin du tourisme standard. Les amoureux de science tomberont également sous le charme avec la visite du centre spatial guyanais et son musée de lespace. Ville en plein essor, Kourou n’a pas fini de surprendre.

Une histoire millénaire

L’histoire guyanaise remonte à des milliers d’années avant l’arrivée des Espagnols vers 1500, puis des Français. L’arrivée de ces derniers remonte au XVIIe siècle, mais le pays était auparavant peuplé par les Amérindiens. Malheureusement, il ne subsiste quasiment pas de traces écrites de cette période, hormis le célèbre site des roches gravées de la Carapa, près de Kourou. C’est un site d’art rupestre précolombien, classé monument historique depuis 1993, dont la visite guidée est possible. Le site des roches gravées compte pas moins de 241 gravures, dont la majorité fait référence à des figures humaines. Il semble que cet important site d’art rupestre était dédié à l’accouchement des femmes. En plus du site des roches gravées, il existe le CAAK, qui est le centre d’archéologie amérindienne de Kourou. Il se situe dans la zone industrielle de Pariacabo et en le visitant, vous en saurez plus sur l’histoire des civilisations précolombiennes de Guyane ainsi que la présence de l’art rupestre dans cette région.

Le département et la ville de Kourou sont connus pour avoir abrité des bagnes et pénitenciers français, avec des prisonniers parfois célèbres. Le dernier a fermé en 1946. Il n’en reste aujourd’hui que des ruines, souvent emportées par la végétation imposante. Un des derniers vestiges visibles à Kourou est la Tour Dreyfuss, qui tient son nom d’un célèbre prisonnier, Alfred Dreyfuss. Elle se situe à la Pointe des Roches, face à la mer.

Aujourd’hui, lorsqu’on parle de la Guyane et de Kourou, on pense forcément au centre spatial guyanais construit dès 1965 et qui fait la renommée de la région.

Visiter les îles du salut et l’île royale

Il est possible, depuis Kourou d’aller visiter ces îles situées au large, que l’on peut voir d’ailleurs depuis la plage. Les îles du salut se trouvent à à peine 14 kilomètres de la ville et sont constituées de trois îlots : l’Ile du Diable, l’Ile royale et l’île Saint Joseph. Des navettes spéciales, au départ de Kourou vous déposent quotidiennement sur l’île royale qui est la plus grande des îles du salut.

Sur cette île, des sentiers permettent d’arpenter et de découvrir l’île ainsi que ses richesses. L’on y trouve les anciens vestiges de l’époque du bagne, entourés par la végétation qui a repris ses droits pour le plus grand bonheur de la faune locale, telle que les singes capucins. En plus de la beauté de l’île royale (les palmiers et l’eau turquoise vous plongent dans un décor de rêve), c’est une étape incontournable pour qui souhaite s’imprégner de l’histoire de la Guyane, même de ses heures les plus sombres, tout en profitant des paysages.

Kourou, son climat, sa faune et sa flore

Avec une température moyenne de 26 degrés (la température augmente en saison sèche), la météo kourou bénéficie d’un climat équatorial assez humide, qui alterne périodes de pluie et saisons sèches. C’est une destination idéale pour plusieurs raisons. Voyageurs, vous pourrez vous balader le long des plages de la côte atlantique, tout en profitant des alizés. En effet, sa situation géographique fait que la région, et particulièrement Kourou ont peu de risques de connaître des vents violents ou des ouragans. De plus, elle est située dans une zone sismique de faible intensité.

Grâce à ce climat équatorial et à la météo kourou et ses environs disposent d’une faune et d’une flore très variées. C’est une ville au final assez récente, et dotée de plusieurs espaces verts. Les mangroves alentours (forêts poussant dans la vase des littoraux amazoniens) abritent quantité d’animaux exotiques tels que des iguanes, des tatous, des tapirs du Brésil, des hérons ou encore des lamantins des Caraïbes. La ville n’est pas en reste ; on peut y trouver des iguanes, certains serpents, des caïmans ou tortues dans les lacs, en raison de ces mêmes mangroves qui entouraient la ville. Les amateurs d’oiseaux pourront observer dans cette région de Guyane des hérons, de majestueux ibis rouges ou blancs, des bécasseux ou encore des spatules rosées.

Côté flore, on trouve des arbres et plantes typiques des régions tropicales, tels que des roucous ou palétuviers. D’ailleurs, il est possible de visiter les savanes, accompagné d’un guide de l’office national des forêts, afin de découvrir ces richesses et les espaces naturels protégés de Guyane. Des activités sont même prévues pour les enfants, et, en fonction de la saison et de la météo kourou, des visites se font de jour, comme de nuit.

Découvrez Kourou et son Centre Spatial Européen

Au nord-est de l’Amérique du Sud, à près de 7000 kilomètres de Paris, se trouve un petit bout de terre français, la Guyane. Kourou, avec ses 27 000 habitants en 2019, est la 4ème ville de ce département d’outre-mer. Elle est située sur la côte atlantique, à 60 kilomètres de la capitale Cayenne et est célèbre pour son centre spatial guyanais.
Encore trop méconnue des touristes, la Guyane, et particulièrement Kourou, garantissent pourtant un dépaysement total à quiconque visitera cette région de la côte atlantique. C’est une ville au patrimoine historique, culturel très riche, en plus d’une faune et d’une flore abondantes grâce à son climat qui en fait une destination idéale pour tous les amoureux de nature et de culture.